(Crédit photo: Ici Même-Paris)

L’image vidéo est focalisée sur un jogging et des baskets blanches. Dans le casque j’entends, la respiration et le bruit des pas de mon avatar. Suivant les consignes qui m’ont été données, je fonds mes pas et mes gestes dans les siens : j’avance dans les couloirs de l’annexe de la mairie d’Aurillac, ouvre une porte, m’assois sur une chaise. « Vous êtes encore là ! » Une femme surgit à l’écran. « Il faut venir aux horaires d’ouvertures du bureau Monsieur, là ce n’est pas le moment. » « Je suis venu déposer un CV. » bafouille mon personnage.

First life aux armes etc., parcours en réalité augmentée du groupe Ici Même–Paris -collectif d’acteurs scénographes performeurs et plasticiens mené par Mark Etc- prend le contre-pied des jeux de rôle en ligne et nous replonge dans la vie. Les personnages, dont nous pouvons endosser le rôle, ne sont ni des créatures mystico-divines dotées de pouvoirs extraordinaires ni des héros surarmés et surentrainés aux valeurs exemplaires, ce sont de parfaits anti-héros : prisonniers de leurs conditions, incapables de lutter parce que sans papier, sans frontière ou sans repère.

Peter, mon avatar est atteint de troubles multiples de la personnalité. Un handicap qui l’empêche de s’insérer socialement, le marginalise et gêne ses relations avec les autres, notamment avec sa femme et sa fille « clochette » dont il est dépendant. Échappées belles, ses hallucinations motivent les avancées du récit autant qu’elles justifient dramaturgiquement les écarts entre réel et virtuel.

Bien qu’augmentée d’informations digitales, la réalité n’en reste pas moins présente. Le casque audio à 360° et le Smartphone superposent des sons et des images – enregistrés et filmés dans les lieux par Ici Même quelques jours auparavant – à notre vision du monde réel. Mobile et actif, le « spectateur-joueur » peut interagir avec l’environnement et les personnes qui s’y trouvent.

Sous les voûtes de ce qui devait être l’ancienne chapelle du pensionnat de jeunes filles Sainte-Geneviève, je découvre un gymnase. Surprise – presque émerveillée -, je perds de vue l’écran de mon Smartphone pour admirer l’architecture de l’édifice. Le claquement d’une porte me sort de ma contemplation. Un autre « gamer » vient d’entrer. Mon avatar lui tape dans la main. Je l’imite avec maladresse. À la fois amusé et gêné le joueur me sourit. J’aimerais voir ce qu’il voit sur son écran mais un comédien me sort de la salle. « On ne joue pas au ballon dans un lieu sacré ! Ouste ! »

Ludique, l’expérience First Life aux armes etc. ne se démarque pas tant par l’utilisation de nouvelles technologies – ces dernières années les spectacles guidés par téléphone portable, casque audio ou ondes radio ; jeux vidéos ; créations géolocalisées se sont multipliés – que par les points de vue qu’elle adopte et une écriture qui joue sur la limite réalité/fiction avec brio.

Mathilde Marcel

Spectacle vu dans le cadre du Festival International de Théâtre de rue d’Aurillac le 19 août 2016.

Concept & réalisation : Mark Etc et Eric Ménard
Scénographie : Christian Geschvindermann
Avec : Sylvain Borsatti, Nicolas Lavergne, Céline Laurentie,
Réjane Michel, Dorsaf Ben Nasser, Jacques Norgeville